L’ÉDITO DE MAURICE GOURDAULT-MONTAGNE, PRESIDENT DE L’ADVISORY BOARD DU GLOBAL DIWAN

Par Maurice Gourdault-Montagne, Ambassadeur de France
Image module
Maurice Gourdault-Montagne, président de l’Advisory Board du Global Diwan, ancien secrétaire général du Quai d’Orsay et ambassadeur de France, nous livre sa vision d’un monde multipolaire où les équilibres d’hier sont remis en cause et où les rapport entre les nations sont à réinventer.

      C’est en voyant notre monde se reconfigurer que l’idée nous est venue, à Eric Schell, à Alexandre Houssard et à moi-même de créer un lieu de rencontre et d’écoute que nous avons voulu appeler The Global Diwan.

Des années de globalisation à outrance avec ses excès et en particulier une uniformisation qui s’apparente souvent à une négation des cultures, ont engendré en réaction une fragmentation du monde. La conséquence en est la tentation du repli sur soi dans de nombreux pays qui se reflète dans l’action de certains dirigeants ou dans les choix souvent violents de communautés, nationales ou autres.

Face au désengagement de certains des règles multilatérales censées réguler la vie internationale, face au protectionnisme, face au retrait de grands accords internationaux, qui garantissent la sécurité et la stabilité, nous ne pouvons rester sans réagir car c’est bien la paix qui est en jeu. Les plus cyniques imaginent même une déglobalisation. Il est vrai que les expressions d’égoïsme national apparues depuis la crise sanitaire mondiale du COVID-19 peuvent renforcer ce sentiment. Je crois pourtant que monde va rester global, parce que l’interdépendance de nos développements et le bien-être de nos sociétés nous y poussent nécessairement. Mais après cette crise et dans la continuité des évolutions qui l’ont précédée, le monde va se reconfigurer. Et pour cela, il faut des règles adaptées à la dignité des peuples et donc d’autres méthodes de compréhension.

Le Global Diwan veut et peut y contribuer.

« Il faut sortir du débat qui consisterait à choisir un grand parrain international contre un autre. Disons, pour simplifier, choisir entre la Chine et les États-Unis ».

      Il s’agit de créer une enceinte pour des rencontres, un lieu d’écoute et d’échanges sur le monde tel qu’il est et qui aborde les possibilités de le voir évoluer par une meilleure connaissance de l’autre et le respect de ses diversités. Il nous faut contempler la géographie du monde avec un regard différent. L’Occident n’est plus le prescripteur du monde. Certes sa civilisation et ses valeurs ont historiquement imprimé leur marque et demeurent une référence.

Mais aujourd’hui, le monde respire et se transforme à partir de sources diversifiées. Les peuples se plongent dans leur propre culture pour y puiser une nouvelle raison d’être, et l’exprimer avec leur propre voix et leur propre langue. Personne ne peut ignorer les réseaux et les influences qui se sont constitués dans le sillon profond de civilisations anciennes. D’une certaine manière, on peut considérer qu’aucune région n’est plus désormais au centre du monde. Et il faut sortir du débat qui consisterait à choisir un grand parrain international contre un autre. Disons pour simplifier, choisir entre la Chine et les États-Unis.

Et c’est là que The Global Diwan nous a paru approprié pour une nouvelle lecture du monde. En effet, la région du Moyen-Orient, du Maghreb au Machrek, y compris le Golfe, est une plaque tournante, un «hub» au carrefour du monde. Historiquement, cette région est bien celle de la transmission, du passage des cultures et du savoir. D’où l’idée du Diwan, qui est traditionnellement un cercle de pouvoir mais que nous avons voulu créer comme un Diwan global.

The Global Diwan donnerait l’opportunité de se retrouver, d’échanger, de s’écouter, de se connaître, à des décideurs de l’économie, de la politique, de la culture et des cercles académiques de cette région avec des responsables équivalents de l’Europe, de France, du Royaume-Uni ou d’Allemagne, sous le regard croisé d’autres responsables qui ont aussi leur connaissance et expérience du monde et qui viendraient de l’Inde et du sous-continent, de la  Turquie, de  Iran, de la Russie, et de l’Asie centrale mais aussi d’autres continents, de l’Afrique et de l’Extrême Asie .

 Si nous voulons comprendre le monde tel qu’il est et le maintenir stable et prospère, sortons des cadres habituels. Faisons appel à l’Histoire et aux cultures de chacun. Voyons large et soyons ouverts à la différence. Pour cela il faut se connaitre, se rencontrer, se présenter et s’écouter. Ainsi sera évité l’écueil fatal du repli et se créeront des partenariats harmonieux et renouvelés.

C’est toute l’ambition du Global Diwan !

Newsletter

Image module
  • Siège : Paris - Londres - Berlin - Bruxelles

NEWSLETTER

Recevez toute l’actualité du Global Diwan et sa Newsletter exclusive pour comprendre les grands enjeux et disposer de points de situation réguliers sur la région Afrique du Nord, Moyen et Extrême Orient

Réalisation par e-ssentiel